Recherche ordures à incinérer

Le pays manque de déchets pour ses usines d'incinération

 

suede usine incinération

Alors que la pratique du recyclage est très avancée, les usines d'incinération de déchets, du coup, manquent de matière première. En 2015, 1,5 million de tonnes de déchets ont été importés de Norvège et du Royaume-uni.

Les pouvoirs publics suédois prévoient donc d'augmenter de près de 60% leurs importations d'ordures pour remédier à cette situation dans les quatre prochaines années.

Seulement 1 % des ordures ménagères suédoises finissent dans des décharges, contre 38 % pour la moyenne des pays européens. Dans le détail, 36 % de ces déchets sont recyclés, 14 % compostés et surtout 49 % incinérés, soit le plus haut taux dans l’Union après le Danemark (54 %), loin devant la moyenne européenne (22 %).

Pays en pointe sur le recyclage des déchets, la Suede utilise l'incinération des déchets comme un substitut pour les combustibles fossiles, meme si plusieurs voix s'élèvent pour considerer que cette pratique n'est pas une façon de recycler.

Au moyen d’incinérateurs de plus en plus performants, appelés par l’industrie centres de valorisation énergétique, cette combustion des ordures génère aujourd’hui suffisamment d’énergie pour assurer 20 % du chauffage urbain du pays (810 000 foyers) et un approvisionnement en électricité pour 250 000 foyers, sur 4,6 millions de ménages, détaille le Swedish Waste Management.

Cette incinération à grande échelle des déchets pose toutefois la question des émissions polluantes. Les oxydes d’azote  qui ont des impacts en termes d’effet de serre, d’acidification de l’air, des pluies et des eaux, sont élevés : 2 100 tonnes en 2007 (contre 3 400 en 1985).